23 juillet 2019
Pluspres TV
Sante

PLUSPRESTV/ NOTRE SANTE : La dengue, mode de transmission et moyens de prévention

Dodji Urbain AHOUAYITO est titulaire de Diplôme d’Université en ‘’Méthodes et Pratiques en Epidémiologie’’. Avec lui, nous allons aborder la maladie de la dengue dans ce tout premier numéro de ‘’Plus Près Tv notre santé’’. Il part avant tout propos d’une définition de la dengue.

La dengue est une maladie infectieuse virale transmise à l’homme par des moustiques. Il s’agit d’une maladie tropicale encore appelée ‘’grippe tropicale’’. Le plus souvent bénigne bien qu’invalidante, la dengue peut aussi présenter des formes sévères dites hémorragiques. Il importe d’être vigilent devant les symptômes évocateurs (voir plus loin).

Historique

Les premiers cas de dengue hémorragique sont apparus à Cuba et dans les Caraïbes en 1981, puis de nouveau en 1996, à Cuba, après 15 années d’interruption. En 2013, l’épidémie est déclarée en Guyane. Cette année- là, la région des Amériques a signalé à elle seule 2,35 millions de cas, dont 37 687 cas de dengue sévère. Cette inquiétante résurgence de la dengue en Amérique Latine et dans les Caraïbes semble liée à l’efficacité relative des programmes d’éradication du moustique vecteur dans cette région du globe. La croissance démographique, l’urbanisation non contrôlée, les catastrophes naturelles et la paupérisation des populations touchées par la maladie semblent également en cause. La dengue a un impact économique majeur pour les pays où elle sévit. Agent pathogène et mode de transmission

Le virus qui cause la dengue est un arbovirus (ce qui signifie que c’est un virus transmis par les insectes), appartenant à la famille des Flaviviridae, du genre flavivirus et transmise à l’homme par le moustique Aedes lors de son repas sanguin. Il existe plusieurs types de ce moustique dont Aedes aegypti qui est le principal vecteur de la dengue. Le virus se transmet à l’homme par la piqûre des femelles de ce moustique infectées. Après que le moustique aie piqué l’homme infecté, il reste de 4 à 10 jours sans pouvoir transmettre le virus (période d’incubation), après cette période, un moustique infecté peut transmettre le virus tout le reste de sa vie.
L’être humain infecté par le virus, qu’il manifeste les symptômes ou pas, est le principal porteur du virus; il permet sa reproduction et sert de source de contamination pour les moustiques qui ne sont pas encore infectés. Une fois l’homme infecté par le virus de la dengue, il peut le transmettre (pendant 4 à 5 jours et au maximum 12 jours) après l’apparition des premiers symptômes, bien entendu par l’intermédiaire des moustiques du genre Aedes
Aedes aegypti vit en milieu urbain et se reproduit principalement dans des conteneurs produits par l’homme. Contrairement à d’autres moustiques, il se nourrit le jour, avec un pic d’activité tôt le matin et le soir avant le crépuscule. Pendant chaque période où elle se nourrit, la femelle pique de multiples personnes. Ces moustiques vivent et se reproduisent dans les points d’eau ou dans les milieux où stagne l’eau.

Symptômes
La dengue classique
La dengue « classique » se manifeste brutalement après 2 à 7 jours d’incubation par l’apparition d’une forte fièvre souvent accompagnée de maux de tête, de nausées, de vomissements, de douleurs articulaires et musculaires et d’une éruption cutanée ou de petits boutons ressemblant à celle de la rougeole. Au bout de 3 à 4 jours, les symptômes peuvent disparaître, puis, vont s’intensifier par la suite (avec possibilité d’apparition des hémorragies conjonctivales, des saignements de nez ou des ecchymoses) avant de régresser rapidement au bout d’une semaine. La guérison s’accompagne d’une convalescence d’une quinzaine de jours. La dengue classique, bien que fort invalidante, n’est pas considérée comme une maladie sévère comme l’est la dengue hémorragique.

La forme compliquée : la dengue hémorragique
Chez certains patients, pour des raisons mal élucidées, le tableau clinique de la maladie peut évoluer selon deux formes graves : la dengue hémorragique puis la dengue avec syndrome de choc qui est mortelle.
La forme hémorragique de la maladie, qui représente environ 1% des cas de dengue dans le monde, est extrêmement sévère : la fièvre persiste et des hémorragies multiples, notamment gastro-intestinales, cutanées et cérébrales, surviennent souvent. Chez les enfants de moins de quinze ans notamment, il peut s’installer un refroidissement, moiteur de la peau et tout autre signe signalant une défaillance de la circulation sanguine pouvant provoquer la mort si rien n’est fait. Dans tous les cas, un diagnostic virologique, précis et rapide, est utile afin de confirmer l’étiologie à la fois pour la prise en charge des patients et pour les systèmes de surveillance de santé publique afin de lancer l’alerte et renforcer les moyens de lutte anti-vectorielle.

Traitement

Il n’existe aucun traitement de la dengue à ce jour. La dengue sévère peut toutefois être prise en charge par des agents de santé expérimentés

Prévention et lutte

Actuellement, la seule méthode pour prévenir ou combattre la transmission du virus consiste à lutter contre les vecteurs par les moyens suivants:
• éviter que les moustiques n’aient accès aux gîtes larvaires par une gestion et une modification de l’environnement;
• éliminer correctement les déchets solides et enlever les habitats créés par l’homme;
• couvrir, vider et nettoyer toutes les semaines les conteneurs pour la conservation de l’eau domestique;
• épandre des insecticides adaptés sur les conteneurs pour la conservation de l’eau à l’extérieur;
• prendre des mesures de protection des personnes et du foyer par la pose de moustiquaires aux fenêtres, le port de vêtements à manches longues, l’utilisation de matériels imprégnés d’insecticide, de spirales et de pulvérisateurs;
• améliorer la participation et la mobilisation des communautés pour une lutte antivectorielle durable;
• en cas d’urgence épidémique, les mesures de lutte antivectorielle comprennent également l’épandage et les pulvérisations d’insecticides;
• contrôler et surveiller activement les vecteurs pour déterminer l’efficacité des interventions de lutte.
Une détection clinique fiable et une prise en charge des patients atteints de dengue permettent de réduire de manière significative les taux de mortalité dus à la dengue sévère. Il est donc important que toute personne qui commence à sentir un des symptômes ci-dessus cités se rende au centre de santé le plus proche.
Dodji Urbain AHOUAYITO, 

Related posts

SANTE:Le déremboursement des médicaments contre Alzheimer, « un pas vers une meilleure prise en charge de ce fléau »

pluspres tv

BENIN/SOCIETE : La 5ème Enquête Démographique et de Santé (EDS) rendue publique

pluspres tv

Cinq choses à savoir sur l’allaitement

pluspres tv

Les chirurgiens craignent une « paralysie » des blocs opératoires

pluspres tv

Pour combattre le surpoids et l’obésité, il faut mieux protéger les enfants des publicités alimentaires selon des experts

pluspres tv

La fistule obstétricale : la pathologie handicapante des pauvres

pluspres tv