Afrique

plusprestv / BENIN / AMNESTY INTERNATIONAL: La peine de mort, les faits et les chiffres.

Le rapport mondial 2017 sur la peine de mort est lancé jeudi 12 avril au siège de Amnesty international à Cotonou.Selon le rapport de l’institution, la plupart des exécutions ont eu lieu , par ordre décroissant en Chine, en Iran, en Arabie saoudite, en Irak et au Pakistan. Amnesty international a recensé au moins 993 exécutions dans 23 pays en 2017. Soit 4% de moins qu’en 2016 où 1032 exécutions avaient été enregistrées et 39% de mois qu’en 2015( année où l’organisation avait relevé le chiffre le plus élevé depuis 1989.En 2017, c’est la Chine qui a enregistré le nombre le plus élevé en matière de peine de mort. Toutefois, pour l’institution, il s’avère impossible d’obtenir des chiffres précis sur l’application de la peine capitale dans le pays, ces données étant classées secret d’État. Aussi, le chiffre d’au moins 993 personnes exécutées dans le monde n’inclut-il pas les milliers d’exécutions qui ont probablement eu lieu en Chine.

Cependant, se félicite Amnesty international, à la fin de l’année 2017, 106 pays du monde avaient aboli la peine de mort dans leur législation pour tous les crimes et 142 , étaient abolitionnistes en droit ou en pratique. Tout comme la Guinée, la Mongolie, a fait savoir Glory Cyriaque Hossou, coordonnateur du comité peine de mort et actions urgentes de Amnesty international Bénin, a aboli la peine de mort pour tous les crimes, ce qui a apporté, poursuit le coordonnateur, le nombre total de pays ayant aboli la peine de mort à 106 en 2017.

Au cours des échanges avec les professionnels des médias, il a été souligné que d’importantes mesures ont été prises pour restreindre le recours à la peine de mort dans les pays qui sont pourtant de fervents défendeurs de ce châtiment. En Iran, par exemple, le nombre d’exécution recensé a diminué de 11% et le nombre d’exécutions de personnes condamnées pour infractions liées aux stupéfiants a baisé de 40%.

Autant d’avancées dont se réjouit également Fidèle Marcos Kikan, président de Amnesty au Bénin. Pour lui, les statistiques données dans le rapport sont des statistiques de personnes tuées. Parlant de la situation actuelle entre le Togo et le Bénin, l’institution s’est mise en contact avec le Togo, qui n’a aboutit à rien de concret pour l’heure.

EDEM ABDIAS SOSSOUKPE