Afrique

Législatives au Bénin : fin de campagne sans grand enthousiasme, l’opposition appelle au boycott

La campagne des élections législatives du 28 avril s’est achevée vendredi soir. À Cotonou, en l’absence de l’opposition, la mobilisation n’a pas été au rendez-vous.

« Union progressiste : victoire ! », reprennent timidement quelques centaines de militants installés sur une place ensablée du quartier Xwalcodji-plage, dans la 15e circonscription électorale de Cotonou. Il vient de pleuvoir et le ciel est encore menaçant.

Face à eux, Delonix Kogblevi, la tête de liste de l’Union progressiste (UP), l’un des deux partis autorisés à participer aux élections législatives du 28 avril, tente d’haranguer la maigre foule. Ce vendredi 26 avril marque pourtant le dernier jour de la campagne. Traditionnellement à Cotonou, de grandes caravanes paradent dans toute la ville. Mais cette année, les défilés se seront fait plus discrets et n’auront pas mobilisé les foules habituelles.

À Cotonou, divisée en deux circonscriptions, neuf sièges de députés sont en jeu. Sur le terrain, pendant la campagne, la compétition entre l’Union progressiste et le Bloc républicain – ces deux nouveaux partis issus de la mouvance présidentielle -, s’est déroulée dans une ambiance bon enfant.

« La loi, c’est la loi »

Assis sur son scooter, Maxime assiste sans grand enthousiasme au meeting de son candidat, Delonix Kogblevi, un ancien de la Renaissance Bénin (RB). « Par rapport aux dernières élections, il n’y a pas vraiment de mobilisation. D’habitude, on voit les militants sortir, manifester leur joie. Cette année, les gens viennent plus par curiosité, sans grand engouement », concède ce décorateur aux cheveux grisonnants d’une cinquantaine d’années.

Jacques se joint à la conversation. Dans son imper rouge, il dit regretter la non-participation de l’opposition, mais défend la ligne de Patrice Talon. « Lorsque la loi sur les partis a été votée à l’Assemblée, tous les députés ont voté favorablement à l’exception d’un. L’opposition était donc favorable. Elle avait six mois pour se conformer. La loi, c’est la loi », estime-t-il.

Related posts

Amnesty dénonce des cas de tortures au Soudan du Sud

pluspres tv

Pruitt’s Successor Wants Rollbacks, Too. And He Wants Them to Stick

pluspres tv

Au moins 37 morts dans des inondations à Kinshasa

pluspres tv

L’ANCB LANCE OFFICIELLEMENT LE PROCESSUS DE SÉLECTION DES COMMUNES DEVANT BÉNÉFICIER DU PROJET CITE.bj( PROMOTION DE LA CIVIC-TECH)

pluspres tv

Présidentielle au Cameroun: Maurice Kamto revendique la victoire

pluspres tv

Flynn pleads guilty to lying to FBI, is cooperating with Mueller

pluspres tv