Economie

La situation économique des pays de l’UEMOA, de la Guinée et de la Mauritanie au cœur d’une rencontre à Lomé

Les experts des pays membres de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), de la Guinée et de la Mauritanie sont réunis depuis lundi 27 mai 2019 à Lomé pour évaluer la situation économique de leur pays respectif au premier trimestre de l’année.

Organisé par la commission de l’UEMOA, cet atelier de cinq (5) jours permettra aux experts venus d’une dizaine de pays d’Afrique de partager leurs expériences sur la conjoncture économique des pays, a appris l’Agence de presse.

Au cours des travaux, les participants présenteront l’état des lieux de la situation économique de janvier à mai 2019 de ces pays et analyseront les indicateurs d’inflation de la production des entreprises afin de disposer de données fiables pour une meilleure protection économique au cours de la période 2019-2021, informent les organisateurs. 

« Nous allons analyser le comportement du cadre macro-économique de chaque pays depuis janvier jusqu’à maintenant et voir jusqu’à la fin de l’année 2019, comment est-ce que l’économique va se porter. Nous avons retenu un thème central qui est la prévision de l’inflation. Dans la zone, l’inflation est un indicateur très important qui est suivi depuis 1996 par la commission de l’UEMOA et l’horizon de convergence pour les pays de l’UEMOA, c’est en décembre de cette année et l’infraction fait partie des critères de convergence retenus au niveau de l’institution », a indiqué Agbodji Komlan, Directeur de la prévision et des études économiques de la commission de l’UEMOA.

À l’ouverture des travaux, le Directeur de cabinet du Ministère de l’Économie et des Finances, Tofio Kossi, a rappelé l’importance du partage d’expériences dans l’harmonisation des politiques économiques des pays participants. 

La rencontre connaît également la participation des représentants du Maroc et de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC).

Related posts

Nigéria : Buhari compte distribuer directement aux pauvres les fonds rapatriés de l’ex-chef d’Etat Sani Abacha

pluspres tv

Chine-Afrique : affluence record de chefs d’État et de gouvernement au sommet de Pékin

pluspres tv

Des chiffres en demi-teinte pour la première fortune d’Afrique :Aliko Dangote Résultats nigérians et fortune personnelle en forte progression : les affaires d’Aliko Dangote se portent bien, malgré des pertes enregistrées dans tous les pays sur lequel il est présent sur le continent, hors Nigeria, et l’entrée de son groupe à la bourse de Londres repoussée à 2020. Les affaires de la première fortune d’Afrique sont globalement de plus en plus prospères. Présent entre autres sur les marchés du ciment et de l’industrie alimentaire, Aliko Dangote a atteint la 63ème place du classement mondial des milliardaires tenu par Bloomberg, le 26 février dernier, avec une fortune estimée à 16,7 milliards de dollars (14,6 milliards d’euros). Cette actualisation n’a pas été prise en compte par le classement de Forbes, dans lequel Aliko Dangote apparaît à la 100ème place du classement, avec une fortune estimée à 10,3 milliards de dollars.________________________________________ Hausse des bénéfices Deux jours plus tard, son groupe Dangote Cement, premier producteur de ciment en Afrique subsaharienne, publiait des résultats annuels eux-aussi en hausse. Avec 390 milliards de nairas de profits nets en 2018 (932 millions d’euros au 31 décembre 2018), le groupe réalise sa meilleur année d’exercice depuis sa création en 1981. Ces bénéfices ont été renforcés par un reversement d’impôts ayant fait grimper les actions du groupe à la bourse de Lagos. Les profits de Dangote Cement ont ainsi augmenté de 91,1% par rapport à 2017. Au niveau des revenus globaux, les performances du groupe sont passées de 806 milliards de nairas en 2017, à 901 milliards en 2018, soit une hausse de 11,9 %. Au Nigeria, les revenus sont passés de 552 milliards de nairas en 2017, à 618 milliards en 2018, pour une bénéfice de 492 milliards de nairas. Dans les neuf autres pays où le groupe est actif (Cameroun, RDC, Éthiopie, Ghana, Sénégal, Sierra Leone, Afrique du Sud, Tanzanie et Zambie), les revenus sont passés de 258 milliards de nairas en 2017 à 283 milliards en 2018. Malgré cette hausse, l’entreprise affiche une perte nette de 88 milliards de nairas hors Nigeria, pour l’année écoulée. L’introduction au London Stock Exchange est « toujours à l’étude » Concernant sa présence sur les marchés financiers internationaux, le groupe vient en revanche de repousser son annonce d’octobre 2018. Aliko Dangote avait annoncé l’entrée de Dangote Cement au London Stock Exchange pour 2019. Finalement, le groupe a fait savoir que cette introduction serait remise à 2020. Annoncée puis repoussée régulièrement depuis six ans, cette introduction est « toujours à l’étude. Nous sommes en pourparlers avec un certain nombre de banques », a fait savoir le cimentier à l’agence de presse Reuters.

pluspres tv

BENIN/ ENERGIE : La 1ère édition  du Sommet International sur l’Électricité en Afrique SIDE-AFRICA s’ouvre à Cotonou

pluspres tv

Zimbabwe, un nouveau gouvernement pour relancer l’économie

pluspres tv

Bénin : une nouvelle taxe sur les réseaux sociaux provoque la colère des internautes

pluspres tv