20 septembre 2019
Afrique

Au Cameroun, le numérique entre à l’école

Ces tablettes ne les rendront pas accrocs aux jeux vidéo, mais aux devoirs. Au Cameroun, la Fondation Orange a équipé 45 écoles – 60 en fin d’année – de kits numériques. La méthode a fait ses preuves : moins d’absentéisme, plus de motivation. Mais quelques jalousies dans le quartier.

Au pied du tableau, ce ne sont pas les manuels scolaires qui s’entassent, mais des tablettes digitales reliées à une prise multiple par des câbles d’alimentation. C’est le principal souci de la directrice, Pauline Enyegue Tanga : « Ces tablettes se déchargent très vite ! » L’école Obala 1C – établie à Obala, petite bourgade tranquille et verdoyante à quelques collines de Yaoundé, la capitale camerounaise –fait partie des 45 établissements choisis par la Fondation Orange et labélisés « écoles numériques ». « Le procédé est très cadré, explique Françoise Cosson, déléguée générale de la Fondation Orange. Nous lançons des appels à projets. La Fondation Orange Cameroun [dirigée par Elisabeth Ehabe, NDLR] sélectionne les projets pédagogiques auxquels elle croit vraiment : les candidats doivent manifester un intérêt réel et s’engager à suivre des formations pour accompagner les enfants dans le digital. Ensuite, la décision finale revient à nos comités de sélection, qui comprennent des employés de la Fondation Orange et des spécialistes extérieurs au groupe. »

Dans le cas d’Obala 1C, le choix paraît évident. L’énergique directrice ne jure que par le numérique. « Quelqu’un qui ne sait pas utiliser l’outil informatique aujourd’hui est un analphabète ! » tempête-t-elle. Sur les 820 écoles numériques de la Fondation Orange dans le monde, 780 se trouvent en Afrique. Parce qu’Orange y est très présente. Le contenu des tablettes, qui varie selon les pays, est validé par les ministères de l’Enseignement. « Une très bonne chose », souligne la directrice.

Avec les tablettes, on approfondit, on assimile mieux

Réunis dans la même classe, les élèves de CM1 et de CM2 passent une journée par semaine en moyenne sur leur tablette à réviser les leçons, faire des exercices de français, de maths et d’initiation à l’informatique. « On leur apprend à saisir les mots-clés et aussi à se servir de Word et Excel », explique Joséphine Moli, enseignante. « Ça me donne la sagesse et ça m’apprend les mots », nous dit Marie Emmanuelle Asse, 11 ans, avant de confier qu’elle préfère quand même jouer sur le Smartphone de sa maman qu’avec les tablettes de l’école. Nganga Guillaume Evans, 10 ans et demi, préfère quant à lui les cours de musique en live. « Avec les tablettes, on approfondit, on assimile mieux. Ça facilite le travail pédagogique et les enfants sont contents, c’est comme un jeu », ajoute la directrice. « Cela éveille leur curiosité, ils sont plus réceptifs qu’avec les méthodes à l’ancienne », explique Christel Yagué, l’une des cinq « maîtres de parents », enseignants bénévoles.

Related posts

Chief of staff puts out job queries amid allegations against Ruben Kihuen

pluspres tv

U.S. Embassy relocation would mean ‘assassinating’ peace process, Palestinians say

pluspres tv

RDC : Franck Diongo appelle au dialogue pour sortir le pays de la « crise »

pluspres tv

Democratic Rep. Tim Ryan says both Conyers, Franken should resign

pluspres tv

plusprestv / BENIN/LOKOSSA: Cinq présumés cybercriminels dans les mailles de la police Républicaine

pluspres tv

Plusprestv /BENIN / ZOU / ABOMEY : Environnement / Le préfet Firmin Kouton appelle à reboiser les « écoles désertes »

pluspres tv